Non, le covoiturage n'est pas synonyme de contraintes et de rigidité.
Quelques règles de bon sens sont à respecter pour que tout se passe bien.

Se mettre d'accord dès le départ... pour l'essentiel seulement !

Il est important que les points suivants soient fixés dès le début et clairs pour tout le monde :
- points de rendez-vous de départ et d'arrivée,
- l'heure,
- les montants des participations

La régularité du covoiturage doit rester plus libre : chacun doit garder la liberté de partir seul quand il en a besoin. Les conducteurs ne peuvent évidemment pas s'engager pour le mois qui suit !
Les passagers doivent donc disposer d'un mode de transport alternatif (transports en commun, véhicule personnel) qu'ils pourront utiliser de temps à autre. Et pourquoi pas un autre covoitureur ? Plus grand est le groupe de covoiturage, plus élevée est votre chance de partager une voiture tous les jours si vous le souhaitez !

Respectez vos engagements

Quand vous vous désistez, prévenez vos covoitureurs au plus tôt. Il ne faut pas qu'une absence surprise vienne perturber votre covoitureur. Sachez vous mettre à la place des autres. Quand vous vous quittez à la fin d'une journée, rappelez à vos covoitureurs le lieu et l'heure du prochain rendez-vous.

Gardez de la flexibilité

Même les départs à heure fixe ne sont pas précis à la minute près. Il est préférable d'appeler son covoitureur pour lui signaler que l’on part. Cela lui évitera d'attendre si vous décalez le départ suite à un imprévu (... ou un réveil difficile !).

Parlez-vous !

Un rendez-vous important à 8 h 30 précises ? Dites-le à vos covoitureurs la veille, ils seront prévenus qu'il faudra être particulièrement ponctuels le lendemain. En tous cas, ne gardez pas pour vous les éventuels désaccords sur le déroulement du covoiturage. Une bonne communication est nécessaire à une situation saine pour tout le monde. En cas de différends trop prononcés, pourquoi ne pas chercher un autre covoitureur ?